Tips & Advices

Lexique

A

ACTION DEFENSIVE
Une action défensive est une action dont l’évolution est peu sensible aux variations économiques. Lors de creux conjoncturels, son cours tend à mieux résister que celui d’une action cyclique. Une action est souvent défensive parce qu’elle appartient à un secteur défensif.

ACTUALISATION
Le concept de l'actualisation est à la base de l'évaluation d'une action. Un des modèles utilisés   est le "dividend discount model " : vu qu'une action n'a pas d'échéance, sa valeur est directement fonction des dividendes distribués à l'avenir. Pour déterminer la valeur actuelle de l'action, le flux de dividendes futurs doit donc être actualisé.
A la base de l’actualisation se trouve le taux d'intérêt (le taux sans risque minimum qu'un investisseur demande pour son épargne) plus une prime de risque (le rendement supplémentaire désiré par rapport au taux sans risque).

ARCHITECTURE OUVERTE
· Le terme architecture ouverte désigne l’ouverture active du réseau de distribution des banques aux fonds de placements d’autres institutions (les fonds de tiers). A ne pas confondre avec la simple possibilité d’acheter et de vendre des fonds de placement de tiers.
· L’architecture va de la remise de documents classiques (prospectus, rapport annuel, fiche technique) à l’apport de conseils.
Nous distinguons plusieurs formes :
– La plus étroite, à savoir indirectement par le biais de fonds de fonds. Dans ce cas, le fonds de placement de votre banque investit dans les fonds de placement d’autres institutions.
– L’intermédiaire, à travers une sélection guidée : votre institution vous propose quelques fonds de placement de quelques gestionnaires.
– La plus large, à travers un “supermarché”. Dans ce cas, la banque propose de très nombreux fonds de très nombreux gestionnaires. Bien souvent, il s’agit exclusivement d’une plate-forme Internet.
· L’architecture ouverte peut apporter une valeur ajoutée à l’investisseur, à condition que celui-ci bénéficie des informations et conseils nécessaires pour opérer un choix dans une offre élargie de fonds.

AUGMENTATION DE CAPITAL
Opération consistant à augmenter le capital d'une société par l'apport d'argent frais. A cet effet, la société émet de nouvelles actions qu'elle propose à ses actionnaires.

B

BACK-SERVICE
Prime de rattrapage d'une assurance de groupe ou d'un engagement individuel de pension dont l'objectif est de financer en une ou plusieurs fois la carrière passée en dehors et au sein de l'entreprise.

BILAN
Le bilan est le document comptable consistant en un tableau récapitulatif des actifs (immobilier, créances, disponibilités...) et du passif (capital, dettes...) de la société. Le bilan est le document de base de l'analyse fondamentale.

BONUS
Le terme Bonus désigne le droit octroyé aux actionnaires de bénéficier d'actions gratuites en proportion des titres déjà détenus.
Ce droit est matérialisé par un coupon (numéro X), qui est lui-même, dans certains cas, coté en Bourse.
Par cette pratique, dite aussi stock dividend ou encore dividende en action, la société distribue son bénéfice sous forme d'actions plutôt que sous la forme habituelle d'un dividende (coupon) en liquide.
Le bonus s'apparente à la pratique dite du stock dividend ou dividende en actions, mais pour le bonus, ce qui est distribué provient de bénéfices antérieurs, tandis que pour les autres, il s'agit du bénéfice de l'exercice en cours ou qui vient de se clôturer.
Le bonus octroyé n'est pas soumis au précompte mobilier de 27 % (au contraire du dividende en actions).

BRANCHE 21
La branche 21 regroupe les produits d’assurance-vie à taux (et capital) garanti. L’assureur garantit à l’épargnant un rendement fixe, pendant une durée convenue à l’avance, sur le capital qu’il a versé. Ce rendement peut être complété d’une participation bénéficiaire (= un supplément de rendement) variable en fonction des résultats de l’assureur.

Parmi les produits de la branche 21, on retrouve les assurances épargne-pension et les assurances-vie ordinaires (lesquelles bénéficient d’un avantage fiscal dans le cadre de l’épargne pour la pension), mais aussi les bons d’assurances et les assurances-épargne.

BRANCHE 23
La branche 23 regroupe les assurances-vie dont le rendement est lié à l’évolution d’un ou plusieurs fonds d’investissement. Il n’y a donc aucune garantie de rendement. La valeur du placement évolue, à la hausse comme à la baisse, en fonction de l’évolution des marchés financiers. Le risque de perte en capital est entièrement supporté par l’épargnant. Certains produits mettent toutefois en avant une protection du capital à l’échéance (placements structurés).

BRANCHE 26
Depuis peu, plusieurs institutions commercialisent des produits désignés par le nom “branche 26”. Une des grandes caractéristiques de ces produits est qu’il n’existe pas de risque assuré, pas plus que d’assuré ou de bénéficiaire à l’échéance du contrat. Il s’agit, comme on le dit dans le jargon, de produits de pure capitalisation. Les produits de la branche 26 sont en fait des contrats de capitalisation à durée déterminée. Ils offrent un rendement garanti et aussi, éventuellement, une participation bénéficiaire. Le capital épargné peut à tout moment être récupéré mais en général moyennant des frais variables d’une institution à l’autre. A noter qu’aucune taxe n’est prélevée à la souscription.

C

CBFA ou COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES
La CBFA est l'ancien nom de la FSMA.

CHIFFRE D'AFFAIRES
Le chiffre d'affaires est le produit des ventes de biens et services réalisé par une entreprise dans le cadre de son activité habituelle, pour une période donnée.

CROISSANCE
Sauf indication contraire, les chiffres de croissance exprimés en % s'entendent sur une base annuelle.

Pour une société, ils reflètent la croissance du chiffre d'affaires et/ou du bénéfice au cours d'une période donnée, par rapport à la même période l'année précédente.
Pour un pays, une région, un secteur d'activité, le terme croissance, sans autre précision, désigne une augmentation de l'activité économique.

CYCLE ECONOMIQUE
On appelle "cycle économique" les oscillations périodiques constatées dans le rythme des activités économiques.
Quand la demande est forte, la production doit s'adapter à la hausse. Quand la demande baisse, la production ralentit.
C'est ainsi qu'on connaît des périodes successives de croissance et de stagnation. Une période durant laquelle le produit intérieur brut (PIB) augmente régulièrement constitue une croissance économique, alors qu’une période durant laquelle il diminue progressivement est une récession. La première étape de la croissance, à la suite d’une récession, est appelée reprise économique.
La durée d'un cycle est difficile à prévoir.

D

DATE DE PAIEMENT (DP)
Dès qu'une obligation est lancée, on peut y souscrire via un intermédiaire financier, mais on ne doit rien payer à ce moment. Le paiement a lieu à la date de paiement. Souvent cette date de paiement sera chaque année la date du paiement des intérêts et la date d'échéance.

DEFENSIF
Un placement défensif est un placement peu risqué, soit parce que son capital est garanti, soit parce qu'il est consacré à des titres peu sensibles aux variations économiques, à des sociétés particulièrement solides.

DISTRIBUTION OU CAPITALISATION ?
Les fonds de placement peuvent être classés de différentes manières. L'une d'elles consiste à s'interroger sur la politique de distribution et vous avez le choix dans ce cas entre les parts de capitalisation et les parts de distribution :
– En cas de capitalisation, les revenus perçus (comme les dividendes des actions et les intérêts des liquidités et obligations) sont réinvestis automatiquement dans le fonds et viennent ainsi gonfler le portefeuille. Il n'y a en d'autres termes jamais de dividende.
– En cas de distribution par contre, les revenus du fonds ne sont pas réinvestis mais distribués, en tout ou partie, sous la forme d'un dividende, le plus souvent annuellement chez nous. Et ce dividende est alors soumis au précompte mobilier.

DIVIDENDE
Pour une action, le dividende est la rémunération octroyée aux actionnaires. C'est la partie du   bénéfice de l'entreprise que l'assemblée générale a décidé d'octroyer aux actionnaires.
ATTENTION
Sur ce site, dans les chiffres-clés par action, le dividende mentionné est le suivant : 
- pour les actions belges : dividende net, c.à.d. somme exacte versée à l'actionnaire belge (dividende brut moins le précompte mobilier actuellement de 27 %). 

DIVIDENDE BRUT
Pour une action, le dividende est la rémunération octroyée aux actionnaires. Il s'agit de la partie du bénéfice réalisé par l'entreprise, que l'assemblée générale a décidé d'octroyer aux actionnaires
Pour une sicav (un fonds) de distribution, le dividende est la partie, octroyée aux détenteurs, du revenu global du fonds.
Pour un certificat foncier, le dividende est la partie, octroyée aux détenteurs, du revenu de l'immeuble (loyers, charges déduites).
Avant impôt (retenue à la source ou précompte mobilier), on parle de dividende brut; ensuite de dividende net.

E

ECHEANCE
On parle d'échéance pour les produits de placement à durée fixe. L'échéance est la date à laquelle le placement arrive à sa fin, et à laquelle l'investisseur reçoit son capital (intact ou non, selon les conditions du placement et les circonstances) et, éventuellement, le produit de ce placement.

EFFET DE LEVIER
L'effet de levier est un effet multiplicateur.

EPARGNE-PENSION
Comme son nom l'indique, l'épargne-pension est une formule d'épargne à long terme, dont on récupérera le capital, grosso modo, au moment de sa pension. Elle fait l'objet d'incitants fiscaux, puisque la somme versée annuellement dans ce type d'épargne est fiscalement déductible (avec certaines limites) et permet de réaliser un gain fiscal non négligeable. Elle est disponible sous deux formes : les fonds d'épargne-pension, gérés par des institutions du secteur bancaire, et l'assurance-pension, proposée par les compagnies d'assurance.

ETHIQUE

Le terme éthique recouvre des réalités très diverses, toutes en rapport avec certaines qualités qui caractérisent les activités des entreprises.
Le terme est surtout utilisé pour désigner les sicav qui se spécialisent dans des investissements respectant une certaine éthique.

EVALUATION
A la base de l'évaluation d'une action, se trouve le calcul de sa valeur théorique qui englobe le dividende (que rapportera la somme des dividendes de l'année prochaine, suivante, etc… ?) et le return exigé (quel est le rendement que les investisseurs désirent obtenir d'un placement en actions pour compenser le risque accru qu'elles constituent par rapport aux obligations d'Etat ?).  
Si le cours de bourse du moment est inférieur à la valeur théorique, l'action est sous-évaluée ou bon marché. Si le cours de bourse du moment est supérieur à la valeur théorique, elle est surévaluée ou chère. Entre les deux, il y a la valeur correcte.  

F

FONDS DE GARANTIE
On désigne généralement par l'appellation fonds de garantie le système européen de garantie des dépôts. Il entre en jeu si une banque fait faillite et garantit que les dépôts auprès des banques soient remboursés jusqu'à concurrence de 100 000 euros. Le dédommagement est valable par personne et pour tous les dépôts dans la banque même (comptes à vue, comptes d'épargne, comptes à terme, bons de caisse inscrits en compte). Il est limité aux dépôts en euro ou dans une devise d'un pays de l'Union européenne.

Le fonds est alimenté par les banques qui y cotisent régulièrement ou s'engagent à débourser en cas d'intervention.

FONDS DE PLACEMENT
Un fonds de placement est un pot commun, une énorme cagnotte qui s'alimente de l'épargne publique. L'épargnant qui confie son argent à un fonds de placement reçoit en échange un titre, un papier (de nos jours de plus en plus souvent remplacé par une simple inscription sur un compte d'actionnaires, ou compte-titres) : ce papier, c'est la part. L'argent récolté est investi dans des obligations, des actions, des comptes, …. ou tout autre type de placement, plus ou moins précisé.

En Belgique, un très grand nombre de fonds de placement commercialisés sont des Sicav(sociétés d'investissement à capital variable).

FONDS PROPRES
Les fonds propres d’une entreprise sont les moyens mis à sa disposition par ses «propriétaires». Ces «propriétaires» lui confient des capitaux (en cash) ou des apports en nature (terrains, immeubles…), en échange de quoi ils reçoivent des actions et deviennent donc des actionnaires.

Chaque année, soit les fonds propres s’enrichissent, grâce à des bénéfices mis en réserve (partie du bénéfice qui n’est pas distribuée aux actionnaires sous forme de dividendes), soit ils s’appauvrissent s’il y a des pertes.

Les fonds propres sont une garantie pour les créanciers. Si l’entreprise dépose son bilan, les actionnaires (apporteurs de fonds propres) ne seront remboursés qu'après que les créanciers l'auront été intégralement.

Durant son existence, l’entreprise qui veut renforcer ses fonds propres peut faire appel à des capitaux supplémentaires, auprès des actionnaires existants ou auprès de nouveaux (augmentation de capital via émission de nouvelles actions).

FONDS DE SOLIDARITE
Fonds instauré en faveur des affiliés et/ou de leurs ayant droit et comprenant les prestations de solidarité. Ce fonds est alimenté par les cotisations de solidarité retenues par l'assureur sur les primes versées dans le cadre de la PLCI sociale, la PLC pour dispensateurs de soins salariés et du statut Inami.

G

GOODWILL
Lorsqu’une société en reprend une autre, elle paie un prix qui ne correspond pas nécessairement à la valeur comptable de celle-ci. Souvent, elle paie plus cher. Pourquoi ? Parce que la société qu’elle reprend dispose par exemple d’une marque connue, qu’elle est leader dans son secteur, qu’elle a un portefeuille de clients fort intéressant, qu’elle offre d’indéniables perspectives de croissance, etc.
Ce supplément d’âme, que l’on appelle le « goodwill », est repris dans les comptes de la société visée et, selon les anciennes règles comptables, il était le plus souvent amorti progressivement.

H

HYPOTHEQUE
Droit réel immobilier et indivisible, dont est grevé un bien immobilier pour garantir le paiement d'une créance.

I

IBAN
L’International Bank Account Number (IBAN) identifie chaque titulaire de compte de même que sa banque et son pays de résidence. Grâce au code IBAN unique, les banques peuvent traiter un paiement de manière entièrement automatique, sans avoir besoin d’informations complémentaires.
Depuis 2007, vous devez indiquer l’IBAN du bénéficiaire et le BIC du banquier pour chaque ordre de paiement en euro vers un pays extérieur à la zone SEPA .
Contrairement à un numéro de compte belge classique, un code IBAN se compose du code ISO du pays où le compte est tenu (BE pour la Belgique), suivi d’un numéro de contrôle à deux chiffres et du numéro de compte national (existant), le tout par groupes de quatre caractères séparés d’un espace.
A titre d’exemple:
le code IBAN d’un compte belge portant le numéro
123-1234567-12
devient
BE12 1231 2345 6712.

INDEX
· L’index, ou indice des prix à la consommation, est une liste des prix de divers biens et services établie par le Service public fédéral Economie. L’index est tenu à jour chaque mois et reflète l’évolution du coût de la vie. Il est donc étroitement lié à l’inflation. L’index reprend les produits et services représentatifs du comportement du consommateur belge en matière d’achats. Ces mesures de prix des produits et services ont lieu depuis 1920. A l’époque, elles portaient sur 56 produits alimentaires dans 59 villes et communes belges. Aujourd’hui, elles concernent pas moins de 507 produits dans 65 communes. L’index tient notamment compte du prix du pain complet, du riz et du bifteck, mais aussi du prix des casseroles ou encore d’un séjour d’une journée en hôpital.
· Outre l’indice des prix à la consommation, le SPF Economie calcule aussi l’indice santé, lequel ne tient pas compte de plusieurs produits nuisibles pour la santé, comme les cigarettes et les carburants, et comprend 23 produits de moins que l’indice des prix à la consommation.
· En Belgique, la plupart des revenus comme les salaires, les allocations, les revenus de remplacement, les pensions, les loyers et les primes d’assurance sont liés à l’indice santé, ce qui permet de lier le revenu du Belge moyen à l’évolution du bien-être. Autrement dit, comme nos revenus augmentent, nous ne devrions pas ressentir les hausses de prix. Toutefois, comme les carburants ne figurent pas dans l’indice santé auquel sont liés les salaires, nous ressentons bel et bien l’effet de la hausse de leurs prix sur notre portefeuille.

INDICE BOURSIER
Un indice boursier est un chiffre qui traduit la tendance générale d'un groupe d'actions déterminé (par pays, région, secteur, …), en faisant une moyenne des hausses et des baisses.

Le chiffre est relatif. On lui donne une base de départ de, par exemple 100. La progression de l'indice est traduite par la progression du chiffre par rapport à sa base de départ. Un indice qui a pris son départ à 100 et atteint 200 à l'issue d'une période donnée signifie que les actions qui le composent ont, en moyenne, doublé de valeur sur cette période. Les investisseurs particuliers se réfèrent aux indices les plus courants. Mais le nombre d'indices boursiers différents, à la disposition des analystes, est très important.

Parmi les indices boursiers les plus connus :   Dow Jones, Dow Jones Euro Stoxx 50, Bel20,  Nikkei,   Footsie, …

INFLATION
L'inflation est une notion, généralement exprimée en pourcentage, et qui traduit la hausse du niveau moyen des prix.
Généralement, on compare le niveau des prix avec leur niveau douze mois plus tôt. Par exemple, on dit que l'inflation s'élève à 3 % pour un mois déterminé si les prix ont atteint, au cours de ce mois, un niveau de 3 % supérieur à ceux de l'année précédente au même moment.
L'inflation s'oppose à la déflation.

J

K

KRACH
Le terme krach désigne l'effondrement brutal des cours, l'ensemble des valeurs d'une (ou plusieurs) bourses.

KAPITAALVERHOGING
Verrichting waarbij een onderneming haar kapitaal verhoogt door de inbreng van vers geld. Hierbij geeft de onderneming nieuwe aandelen uit die zij aanbiedt aan haar aandeelhouders.

L

LEASING IMMOBLIER
Un contrat de leasing immobilier est un contrat lié à une emphytéose, mais avec la particularité que le total des redevances d’emphytéose doit correspondre au prix du bien plus les intérêts. Au terme du contrat, l’acheteur dispose d’une option d’achat pour une valeur dite résiduelle. Fiscalement, le leasing immobilier est considéré comme une vente à tempérament. Les redevances sont constituées d’intérêts et d’une partie de capital nécessaire pour payer le prix du bien.

LIQUIDITE(S)
Strictement parlant, les liquidités désignent l’argent dont nous disposons sous la forme de pièces et de billets. Compte tenu de la disponibilité parfaite des avoirs sur les comptes bancaires classiques, on entend aussi par liquidités tous les avoirs placés sur ces mêmes comptes. Par extension, on désigne également par liquidités, dans le contexte des placements, la partie du patrimoine dont il est possible de disposer (presque) instantanément. Enfin, la liquidité existe aussi en tant que concept : la liquidité d’un produit de placement est ainsi la possibilité, plus ou moins importante, de pouvoir le négocier sans difficulté.

LONG TERME
Investir à long terme signifie littéralement investir pour "longtemps"… notion toute relative s'il en est.
Dans le cadre de la stratégie de Test-Achats invest, le long terme s'entend pour plusieurs années, soit au grand minimum 5 ans et idéalement 8 à 10 ans.

Choisir un placement conseillé pour le long terme, c'est surtout y consacrer de l'argent dont on peut se passer à long terme, qu'on ne souhaite pas récupérer à un moment précis et/ou rapproché. Pourquoi ? Parce qu’entre-temps, la valeur du placement peut baisser et revendre à ce moment-là sera alors néfaste. A long terme par contre, le risque qu’un placement ait mal évolué depuis le début sera beaucoup plus faible.

M

MiFID
MiFID est l’abréviation de Markets in Financial Instruments Directive, une directive européenne sur le fonctionnement des marchés financiers, destinée à renforcer le marché financier européen unique et à favoriser ainsi la concurrence internationale entre les institutions financières européennes. En vertu de cet objectif, la directive entend uniformiser les règles du marché, notamment en matière de protection des investisseurs particuliers.
La directive fixe également l’attitude que doivent adopter les institutions financières vis-à-vis de leurs clients particuliers et la manière dont elles doivent exécuter les ordres portant sur des titres. La législation exige aussi des banques et autres parties financières qu’elles publient davantage de données et clarifient les informations qu’elles mettent à disposition.

N

NOTATION
On appelle notation l'évaluation établie par des agences (Mood'ys, Standard & Poor's) chargées d’étudier, d’analyser et de suivre la solvabilité d’entreprises ou d'Etats souverains, qui reflète leur capacité passée et future à verser des intérêts et à rembourser le principal de leurs dettes (obligations) arrivant à échéance.
Dans le langage courant, cette notation est désignée par le terme anglais "rating".

O

OLO ou OBLIGATION LINEAIRE
OLO est l’abréviation très belge d’Obligation Linéaire/Lineaire Obligatie. Il s'agit d'obligations en euro, émises à moyen, long ou très long terme par l'Etat belge. Le taux de l'OLO à 10 ans est souvent utilisé comme indicateur du niveau général des taux obligataires.
Ces OLO, qui ne sont pas livrables, s’adressent surtout aux investisseurs institutionnels en quête de placements sûrs. Les particuliers peuvent eux aussi acheter des OLO sur le marché primaire ou secondaire, mais préfèrent surtout la sécurité des bons d’Etat, plus connus du grand public.


OMBUDSMAN
La mission du Service de médiation Banques – Crédit – Placements consiste à régler les litiges entre un client et son institution financière. Le service se veut une forme alternative de règlement des litiges destinée à aider le consommateur, car une médiation coûte toujours moins qu’une longue procédure judiciaire. Le service dispose d’une part d’un médiateur, désigné par les institutions financières, et d’autre part d’un représentant permanent des intérêts des consommateurs, choisi par les associations de consommateurs, dont Test-Achats.

Dans quels cas ?
 Vous pouvez vous adresser au Service de médiation dans le cadre de plaintes sur des comptes et placements bancaires (comptes à vue et d’épargne, bons de caisse, épargne-pension, …), sur des paiements (cartes de banque, virements, …), sur des crédits (crédits à la consommation et prêts hypothécaires), sur des valeurs et des titres mobiliers (coupons, sicav, actions, …) et sur le service bancaire de base.

Déposer plainte
Si vous n’obtenez pas satisfaction auprès de votre banque en cas de litige, vous pouvez alors déposer plainte gratuitement auprès du Service de médiation. Vous devez dans ce cas – et cela ne peut se faire que par écrit – exposer le litige qui vous oppose à votre intermédiaire financier et joindre les copies de votre correspondance avec la banque ainsi que de toutes les pièces justificatives.

Recevable ou pas ?
Le Service de médiation évalue dans un premier temps si la plainte est recevable. Pour cela, plusieurs conditions doivent être réunies : la plainte doit être déposée par un particulier et le litige ne peut pas déjà être pendant devant un tribunal, ni porter sur la politique commerciale d’une institution financière. De plus, le Service de médiation ne répond pas aux demandes d’informations d’ordre général. Enfin, élément très important, la demande doit déjà avoir été traitée par le service de médiation de l’institution financière.

Coordonnées
Service de médiation
Banques - Crédit - Placements

Françoise SWEERTS, Ombudsman
Grégory RENIER,
représentant permanent des intérêts des consommateurs

Rue Belliard 15-17, Boîte 8
1040 Bruxelles
Tél. : +32 2 545 77 70
Fax : +32 2 545 77 79
E-mail : Ombudsman@OmbFin.be

P

PLUS-VALUE
Vendre un titre, un bien avec une plus-value, c'est tout simplement le vendre avec bénéfice, c'est à dire en obtenir une valeur plus élevée que celle qu'on a consenti à l'achat.

POLITIQUE MONETAIRE
La politique monétaire est la manière dont une banque centrale fait usage des taux d’intérêt pour influencer l’évolution de l’inflation et de l’économie en général. Concrètement, si une banque centrale modifie le taux auquel elle prête de l’argent aux banques commerciales, cela aura une influence sur les taux pratiqués par toutes les autres banques. Il sera donc possible, par ricochet, d’encourager ou de limiter la souscription de crédits et de stimuler ou freiner les investissements. Une hausse des taux directeurs aura ainsi pour objectif de freiner l’économie dans le but de maîtriser l’inflation, et une baisse des taux donnera au contraire un coup de pouce à l’économie en cas de besoin.

PRECOMPTE
Retenue effectuée sur un versement par un employeur ou un organisme financier, et qui constitue une avance sur l 'impôt final.

PROTECTION DE CAPITAL
Une sicav assortie d’une protection de capital donne, comme son nom l’indique, une certaine protection à l’investisseur. Mais attention ! Il ne s’agit pas d’une garantie contractuelle, mais plutôt d’une sorte de garantie morale qu’il récupérera sa mise de départ, ou du moins une partie, à l’échéance.
Plusieurs remarques s’imposent dans ce cas :
– L’investisseur ne récupérera que la valeur initiale du produit. Autrement dit, le prix qu’il aura payé s’il est entré dans la sicav au moment de la période de souscription. Par la suite, la valeur d’inventaire fluctuera et s’il achète des parts à une valeur supérieure à la valeur de départ, la protection de capital ne sera plus que partielle alors que les frais seront plus élevés.
– L’investisseur n’aura la certitude de récupérer la valeur de départ que s’il conserve ses parts jusqu’à l’échéance prévue. Quiconque vendra ses parts avant cette date en obtiendra la valeur d’inventaire à ce moment-là et rien ne dit que celle-ci ne sera pas inférieure à la valeur de départ. De plus, toute sortie anticipée sera normalement accompagnée de frais importants.
– L’investisseur récupérera certes le capital investi mais pas les frais et taxes qu’il aura payés.

Q

R

RATING
Pour déterminer la solvabilité d'un émetteur d'obligations, on utilise le rating.
Le rating est une cote accordée par des sociétés internationales spécialisées (Standard & Poor's, Moody's) ou, en Belgique, par ING. Les cotes vont de A à D, chaque lettre faisant l'objet de subdivisions. Un émetteur de classe A est de qualité suffisante. Si on constate qu'il passe à B, la prudence est de rigueur. Au niveau C, il faut vendre. Au niveau D, l'émetteur est en défaut de paiement.
Pour désigner le rating, on parle aussi de notation. Les sociétés qui accordent les ratings sont des agences de notation.
Test-Achats invest utilise aussi son propre système : ++ = très bon, + = bon, etc. NR = pas de rating.

REGLE DES 80%
Règle qui détermine le caractère déductible ou pas à l'impôt des sociétés d'une prime d'assurance de groupe ou d'un engagement individuel de pension

RENDEMENT BRUT
Le rendement brut d’un placement est son rendement avant perception de la retenue fiscale (précompte mobilier). Il s’oppose au rendement net, qui exprime le rendement après impôt.      

RENDEMENT NET
Le rendement net d'un placement est son rendement après perception de la retenue fiscale (précompte mobilier).
Il s'oppose au rendement brut, qui exprime le rendement avant impôt.
Dans le calcul d'un rendement net, on peut aussi retirer les divers frais relatifs aux opérations d'achat, vente, ...

RENTE VIAGERE
Lorsqu'un propriétaire vend son immeuble en viager, le débirentier (acheteur) ne paiera pas l'immeuble en une fois au crédirentier (vendeur) mais par des versements périodiques dont le paiement cessera au décès du vendeur. Cette somme versée périodiquement est la rente viagère.

RENTIER
Dans le jargon des placements, on désigne par "rentier" non pas uniquement les personnes qui vivent exclusivement du rendement de leur capital, mais plus largement, les personnes qui bénéficient d'une rente fixe et régulière, produite par un capital immobilisé à cet effet dans une banque ou auprès d'une compagnie d'assurance. Ces investissements spécifiques sont communément appelés placements pour rentiers.

RETURN
Le return est le rendement total d'un investissement, c'est-à-dire le rendement immédiat (intérêt d'une obligation, dividende d'une action, d'une sicav de distribution), augmenté de la plus-value (différence entre le prix de vente et le prix d'achat).

REVENU CADASTRAL
Tout immeuble se voit attribuer un revenu cadastral par l'administration. Ce montant sert de base au calcul de l’impôt à payer par son propriétaire : précompte immobilier et impôt sur les revenus immobiliers via la déclaration d’impôts annuelle.

S

SEPA
SEPA est l’abréviation de Single Euro Payments Area, un espace unique de paiements en euro. La zone SEPA recouvre tous les pays de l’Union européenne ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. Il s’agit d’un projet de grande envergure, visant à permettre à chaque utilisateur final européen d’effectuer ses paiements en euro dans toute l’Europe, comme il le fait dans son propre pays, en d’autres mots avec la même facilité, la même sécurité et les mêmes délais d’exécution que pour un paiement national. A terme, les virements européens (virements SEPA) remplaceront les différents systèmes locaux pour les paiements nationaux et internationaux en euro au sein de l’Europe.
En Belgique, les autorités ont prévu une période de transition jusque fin 2010, période durant laquelle les anciens virements belges pourront cohabiter avec les virements européens.
La SEPA applique une structure de compte uniforme permettant d’identifier de manière unique les comptes impliqués dans une transaction au moyen des codes IBAN (International Bank Account Number) et BIC (Bank Identifier Code).

SICAV MIXTE
Une sicav mixte répartit ses investissements entre les actions, les obligations et les liquidités dans des pays, des secteurs et des devises précis ou dans le monde entier.
Les sicav mixtes peuvent être classées dans les catégories suivantes :
– défensives (low) : investissent essentiellement dans des placements sans risques (75 % du portefeuille investis par exemple en obligations, essentiellement dans des devises stables).
– neutres (medium) : répartissent leurs investissements de manière plus ou moins équilibrée entre des placements risqués (actions,…) et sans risques (obligations,…).
– agressives ou dynamiques (high) : investissent essentiellement dans des placements risqués (75 % du portefeuille investis par exemple dans des actions).
Chaque produit s’adresse à un public bien précis en fonction du profil de risque et de l’horizon de placement. Plus vous acceptez des risques et plus votre horizon de placement est éloigné, plus vous pouvez investir dans les sicav les plus dynamiques. Et vice versa bien sûr.

SOLVABILITE
En matière d'obligations, la solvabilité de l'émetteur est une donnée importante. Elle évalue la capacité de celui-ci à rembourser ses dettes (soit le capital de l'obligation) et à en payer les intérêts (soit le coupon de l'obligation).
La solvabilité est matérialisée par une notation ou rating, une cote accordée par des sociétés internationales spécialisées (Standard & Poor's, Moody's, Fitch). Les cotes vont de A à D, chaque lettre faisant l'objet de subdivisions. Un émetteur de classe A est de qualité suffisante. Si on constate qu'il passe à B, la prudence est de rigueur. Au niveau C, il faut vendre. Au niveau D, il est en défaut de paiement.

T

TAUX D'IMPOSITION
Le taux d'imposition (Tax rate) est le pourcentage d'impôts payé par l'entreprise sur ses revenus.

TAUX FIXE
Par le terme placement à taux fixe, on désigne les investissements produisant un revenu annuel fixe, comme par exemple les obligations, bons de caisse, comptes, etc. par opposition aux actions, sicav, placements immobiliers par exemple, dont le revenu n'est pas fixe.

U

USUFRUIT
Démembrement du droit de propriété conférant à son titulaire l'usage d'un bien appartenant à autrui et le droit d'en percevoir les fruits naturels et civils.

V

VALEUR COMPTABLE
La valeur comptable d'une entreprise correspond à la somme de la valeur de tous ses actifs, moins les dettes. Exprimée autrement, la valeur comptable correspond aussi à la valeur des fonds propres de l’entreprise.
En divisant la valeur comptable par le nombre d’actions, on obtient la valeur comptable par action, utilisée régulièrement pour juger de la cherté d’une action, à travers le ratio « cours boursier / valeur comptable ».
Ce ratio est souvent supérieur à 1. En effet, la valeur comptable ne prend en compte, dans la mesure où elle reflète les fonds propres, que l’apport historique des actionnaires et les bénéfices réinvestis (donc non distribués sous forme de dividende) dégagés jusqu’alors par l’activité de l’entreprise. Le cours boursier, lui, est censé intégrer aussi la création de richesses future par l’entreprise : si celle-ci est positive, elle s’ajoute à la valeur présente. Par conséquent, plus les investisseurs seront optimistes et s’attendront à ce que l’entreprise dégage de plantureux bénéfices à l’avenir, plus le cours de Bourse sera supérieur à la valeur comptable des fonds propres (par action).

W

X

Y

Z